Remous-ménage

Remous-ménage

La vie ressemble à une rivière ou chaque être humain est dans sa propre barque. La mienne m’a emporté dans des courants difficiles qui ont abimé une part d’innocence. Certaines épreuves ont marqué mon cœur par l’incohérence de leurs contenus. Je n’arrivais pas à mettre des mots sur d’autres. J’avais décidé de ne plus souffrir en passant par-dessus bord en me laissant entrainer dans le fond du lit de la désespérance. A ce moment-là, grâce à une main tendue, j’ai échappé à la noyade fatale. En reprenant mes esprits, j’ai demandé à la vie de me montrer si elle valait vraiment le coup d’être vécu. Je me suis laissé porter par sa force qui m’a rapproché de la rive. Je me sentais vide car je n’avais pas le mode d’emploi pour reprendre confiance en elle et en moi-même. A partir de cet instant-là, petit à petit, j’ai retrouvé la passion de vivre. Le silence est une douleur qui a lacéré mon cœur pendant plusieurs années. Je ne retiens que la beauté des rencontres qui m’ont redonné le sourire.

Avec le temps j’ai compris une chose parmi tant d’autres :

L’horlogerie d’un être humain est unique. Lorsque le dysfonctionnement arrive, il est le seul à en connaître le mécanisme. La seule personne qui en capacité de le débloquer c’est lui-même avec patience et douceur.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils